De Gaza à Minneapolis, un seul combat pour la justice et la libération !

#JusticeForGeorgeFloyd
Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network exprime son soutien et sa solidarité les plus fermes au mouvement de libération des gens de couleur, aux amis et à la famille de George Floyd et à toutes les personnes qui ne craignent pas de descendre dans les rues de Minneapolis et d’ailleurs pour réclamer justice, pour réclamer des comptes et pour exiger que l’on mette un terme à toute cette terreur raciste et coloniale de la police.
Cet acte flagrant de meurtre commis par la police, en plein sous les objectifs de plusieurs caméras, témoigne non seulement d’une forme de confiance et d’un sentiment d’impunité qui ne se limitent d’ailleurs pas au seul meurtrier, Derek Chauvin, mais reflète en outre la structure institutionnelle raciste et oppressive de l’appareil policier américain. Nous soutenons le soulèvement de Minneapolis, cette intifada d’un peuple soumis à un racisme permanent, violent et structurel, et héritière d’une très longue et très riche tradition de résistance, d’organisation et de lutte des noirs.

George Floyd

Ils sont venus à plusieurs dizaines de milliers pour montrer clairement qu’ils résisteront aux agressions violentes et permanentes des forces policières contre les communautés opprimées et, particulièrement les communautés noires et indigènes. Comme l’a fait remarquer Frank Chapman, de l’Alliance nationale contre la répression raciste et politique :

« D’autres meurtres encore de noirs désarmés au mois de mai. Finan Berhe à Springfield (Maryland), Ahmaud Arbery à Brunswick (Géorgie), Breonna Taylor à Louisville (Kentucky) et, maintenant, George Floyd in Minneapolis-St. Paul (Minnesota), et tout cela au cours de la pire pandémie du siècle. Quelle honte, quelle tragédie typiquement américaine que ce lynchage de noirs se poursuive sans faiblir, que cette terreur raciste continue à régner sur le pays comme une bête de proie. Ce meurtre brutal et grossier de George Floyd, lorsqu’un flic lui a coupé complètement le souffle en lui appuyant un genou sur le cou, pendant que d’autres flics étaient là à regarder ! Au mieux, ils ont été les complices du meurtre de George Floyd. Il n’est pas étonnant que les gens se soient dressés dans une colère légitime pour réclamer justice pour George Floyd et pour exiger que soit mis un terme à cet héritage de terreur raciale qui afflige non seulement les Villes jumelles mais aussi le pays tout entier. »

En tant que réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, nous sommes profondément conscients que les États-Unis et Israël partagent non seulement en commun un fondement raciste et une réalité fondamentale de colonialisme d’implantation, des milliards de dollars d’équipements militaires et un projet impérialiste commun dans la région arabe, mais aussi des tactiques, des formations et des cadres « sécuritaires » utilisés contre les communautés de couleur aux États-Unis et contre les Palestiniens vivant sous occupation, sous l’apartheid et le colonialisme.

Nous voyons les images dévastatrices et indélébiles du meurtre de George Floyd et nous reconnaissons la même impunité raciste qui n’a pas hésité à supprimer les vies de tant de martyrs palestiniens et de couleur.Cartoon de Carlos Latuff en soutien à l'Intifada à Minneapolis

Image de Carlos Latuff pour Mint Press News

Les forces policières américaines sont réellement des forces d’occupation à l’intérieur des villes et à l’échelle de la nation. Aussi ce partage de tactiques et d’approche coloniale commune n’est-il pas une surprise.

Toutefois, il doit nous forcer à des actions accrues et réfléchies en solidarité avec le mouvement de libération des noirs. Il existe une tradition d’internationalisme et de combat commun qui a une histoire et un héritage profonds, tant dans le présent que dans le futur, au sein de la lutte palestinienne comme dans celle du mouvement noir, un cadre anticolonial et anti-impérialiste pour la libération.

Khaled Barakat faisait remarquer :

« Les Palestiniens connaissent bien le recours à l’emprisonnement de masse en vue de maintenir une domination et une oppression racistes et rompre les structures racistes de l’emprisonnement est donc d’une importance capitale pour notre mouvement de libération.

Nous saluons Mumia Abu-Jamal et tous les prisonniers politiques du Mouvement de libération des noirs dans les prisons américaines et réclamons leur libération immédiate… Depuis les tout premiers jours du mouvement noir aux États-Unis, depuis les révoltes des esclaves pour leur liberté jusqu’au mouvement pour les droits civiques et d’autres encore, les noirs et gens de couleur, leurs organisations et leurs mouvements ont été confrontés à une répression sévère, un ciblage, des incarcérations et des meurtres de la part de l’État.

Les agences américaines de renseignement comme le FBI, qui ciblent les Palestiniens et les communautés arabes pour exercer une répression d’État, se sont concentrées durant des années sur un projet central : s’en prendre aux mouvements, aux dirigeants et aux communautés des noirs et des gens de couleur. »

Le meurtre de George Floyd par la police correspondait à l’assassinat délibéré d’un prisonnier, à une exécution extrajudiciaire systématique. C’était une mort sous la torture des mains de l’État, un crime contre l’humanité dans une longue série de crimes semblables commis à l’intérieur et à l’extérieur des États-Unis par leurs autorités, depuis le génocide des peuples indigènes jusqu’à l’asservissement des noirs et jusqu’aux guerres, assassinats et sanctions meurtrières organisés par l’Empire américain.

Nous rappelons ici les propos d’Ahmad Sa’adat, qui écrivait en réponse aux mots du révolutionnaire noir Huey Newton :

« Depuis l’intérieur de la prison des occupants à Ramon, en mon nom et au nom de mes camarades et du mouvement des prisonniers palestiniens, nous tendons nos poings serrés en signe de solidarité et de salut, et étreignons nos camarades noirs dont la lutte de libération dans le ventre de la bête continue encore aujourd’hui face à une répression féroce…

« Ainsi donc, lorsque nous assistons à l’escalade de violence contre notre mouvement, comme nous le voyons en ce moment aux Philippines, comme nous le voyons dans les attaques meurtrières orchestrées contre notre résistance palestinienne, comme nous le voyons dans la criminalisation des noirs et de leurs mouvements, il est clair que nous faisons toujours face à la situation que Huey Newton avait décrite et combattue.

« Nous cherchons toujours à défendre nos peuples contre les assauts incessants du capitalisme, du sionisme, de l’impérialisme, de leurs polices et de leurs forces militaires. (…)

La lutte, la cause et le mouvement du Black Panther Party et du Mouvement de libération noire dans son ensemble sont loin d’être une affaire classée. C’est une affaire en cours, une lutte perpétuelle et un mouvement incessant pour la justice et la libération. (…)

Vous pourrez sentir l’héritage du Blanck Panther Party et la poursuite de la lutte noire dans les rues de Chicago, d’Oakland et d’Harlem. Il existe des personnes qui portent en elles ces mémoires des luttes comme des trésors humains. Les expériences des anciens de nos mouvements, tout particulièrement ceux qui sont passés par la prison, côtoient les idées propagées à travers les écrits, les livres et la littérature en transmettant d’une génération à une autre, les trajectoires et les chemins de lutte d’un futur vers lequel la jeunesse se porte pour mener les luttes révolutionnaires de libération noire et palestinienne. »

Sa’adat poursuivait, avec des mots qui résonnent en même temps que les images et bruits des gens en mouvement à Minneapolis aujourd’hui.

« La loi, celle de l’impérialiste et du colon, est utilisée pour voler les droits et les ressources de notre peuple et pour justifier notre emprisonnement ainsi que la répression et la criminalisation qui nous frappent. En enfreignant la loi de manière collective, et grâce au pouvoir de redéfinir ce qui est juste et injuste – lorsque les gens affrontent et enfreignent ensemble la loi, en tant que force collective et non plus seulement en tant qu’individus – alors cette loi perd sa prétention à être légitime. Enfreindre la loi du capitalisme, de l’impérialisme et de ceux qui exploitent doit devenir la norme et non plus l’exception. »

Samidoun exprime notre profonde solidarité avec l’Intifada de Minneapolis et se joint aux exigences de justice pour le martyr George Floyd et pour le démantèlement des systèmes qui l’ont tué. Nous invitons instamment tout le monde à soutenir l’organisation mise sur pied à Minneapolis, y compris le travail du Minnesote Freedom Found, une organisation qui fournit direction du soutien direct en prison et verse des cautions pour les protestataires, de même que la série de collecteurs de fonds du mouvement qu’elle recommande. Nous vous invitons instamment aussi à rallier le NAARPR le 30 mai, journée d’action contre les meurtres racistes et la violence policière et pour la liberté des personnes emlprisonnées.

Gloire aux martyrs – la victoire viendra à travers la lutte. De Gaza à Minneapolis, de toute la Palestine – du fleuve à la mer – à l’ensemble de l’île de la Tortue, une seule lutte pour la justice et la libération !

#JusticeForGeorgeFloyd #BlackLivesMatter #LongLiveTheResistance


Publié le 28 mai 2020 sur Samidoun Palestinian Prisoners Solidarity Network
Traduction : Jean-Marie Flémal