Des musiciens israéliens demandent au groupe  » Radiohead » d’annuler son concert en Israël.

Des musiciens israéliens à Thom Yorke : Annuler le concert de Radiohead abîmera la façade ‘comme si de rien n’était’ d’Israël

radiohead

Thom Yorke en 2013 (Photo : Henry Laurisch/Wikimedia)

Cher Thom Yorke,

Nous sommes des musiciens israéliens qui vous écrivons au sujet de votre concert programmé en Israël pour le 19 juillet. Ce que nous avons compris, c’est que l’appel public vous exhortant à respecter la ligne de piquetage palestinienne et à annuler ce concert n’a été publié qu’après qu’un appel privé soit resté sans réponse. De la même façon, nous ne diffuserons une lettre publique que si nous n’arrivons pas à engager le contact avec vous en privé.

Nous aimerions répondre directement à un commentaire que vous avez fait dans Rolling Stone. Faisant allusion à Roger Waters, Desmond Tutu et aux nombreux autres artistes et personnalités publiques qui vous ont exhorté à respecter l’appel au boycott culturel, vous avez dit que vous « ne compreniez simplement pas pourquoi donner un concert de rock ou une conférence à l’université [leur pose problème] ».

Nous avons un grand respect pour Roger Waters et Desmond Tutu, mais leurs problèmes ne sont pas le sujet, comme ils seraient certainement les premiers à le reconnaître. Waters, Tutu et les autres se sont adressés à vous pour répondre à une demande de solidarité faite par les Palestiniens. L’appel au boycott culturel pour mettre fin aux graves violations des droits de l’Homme par Israël bénéficie d’un très large soutien des Palestiniens. Pour eux, il est clair que divertir leurs oppresseurs à ce moment là témoigne d’une indifférence à leurs souffrances et contribue à les perpétuer.

Tout artiste international qui se produit en Israël devient un outil de propagande pour le gouvernement israélien. Les représentations internationales en Israël servent le gouvernement dans son programme de blanchiment de ses crimes de guerre contre les Palestiniens en créant une atmosphère ‘comme si de rien n’était’ dans laquelle le statu quo, réalité de la colonisation et de l’occupation militaire pour les Palestiniens, est normalisé. Maintenir cette atmosphère dépend fortement de la création d’une façade présentant Israël comme un Etat dynamique, avancé, progressiste, doté d’une scène culturelle riche et diversifiée.

En 2003, le ministère israélien des Affaires étrangères a décidé de s’investir dans une stratégie de relations publiques pour « donner une nouvelle image d’Israël », détournant l’attention loin des crimes de guerre d’Israël en mettant en avant les réussites culturelles et scientifiques d’Israël. Il va sans dire que le gouvernement, qui vient juste de célébrer ses 50 ans de gestion militaire brutale de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza palestiniennes occupées, ne devrait pas être soutenu, même non intentionnellement. On ne devrait pas donner au gouvernement, qui a légiféré pour interdire même la commémoration du déplacement de la majorité de la population indigène palestinienne en 1948, la possibilité de déclarer que des artistes et des musiciens défendent sa politique.

On ne peut empêcher l’effet d’une représentation en Israël, même avec les meilleurs intentions. Quelque déclaration que vous souhaitiez pouvoir faire sur scène serait éclipsée par le fait que vous aurez outrepassé la ligne établie par la très grande majorité des organisations de la société civile palestinienne. Par contre, si vous décidiez de ne pas jouer, cela enverrait un message fort au gouvernement israélien comme quoi leur politique raciste et les graves violations des « droits fondamentaux des Palestiniens ne seront pas normalisées ». Cela enverrait aussi un message au peuple palestinien disant que vous les soutenez de façon très concrète dans leur lutte.

Israël est de plus en plus connu pour être l’endroit avec lequel les artistes avant-gardistes qui se soucient d’égalité et de liberté veulent peu avoir à faire. Nous sommes convaincus que cette réalité contribuera à pousser le gouvernement israélien à changer sa politique injuste et aidera à convaincre les entreprises de se désinvestir d’Israël, exactement comme elles l’ont fait dans l’Afrique du Sud de l’apartheid. Annuler votre concert abîmera la façade « comme si de rien n’était » que les représentations internationales en Israël perpétuent.

Nous vous prions de revenir sur cette violation de l’appel des Palestiniens au boycott. Nous restons prêts à parler avec vous de toute question ou inquiétude que vous pouvez avoir et restons à votre disposition pour échanger avec vous.

Sincèrement,

Ohal Grietzer
Michal Sapir (Afor Gashum)
Alma Ben Yossef (Lif’Oof)
Aviad Albert (finkelbert)
Yoav Barak
Ben Romen
Yonathan Eldan (You’re Next Records)
Yonathan Shapira

 

Traduction : J. Ch. pour BDS FranceDes musiciens israéliens

Publicités