Les anciens prisonniers de Robben Island soutiennent la grève de la faim des Palestiniens

Demonstrators hold pictures of jailed Palestinians during a rally in support of Palestinian prisoners on hunger strike in Israeli jails, in Gaza City

Johannesburg – L’association des anciens prisonniers politiques de Robben Island (EPPA), créée avec le soutien de l’ancien Président Nelson Mandela défunt, a juré de soutenir sans réserve la grève de la faim massive des prisonniers politiques palestiniens dans les geôles israéliennes, qui entre, ce 21 avril, dans son cinquième jour.

« L’EPPA, avec toutes celles et ceux épris de liberté, et toutes les forces progressistes, en Afrique du Sud, va entreprendre un certain nombre d’activités de solidarité en soutien à cette lutte pour de meilleures conditions de vie dans toutes les prisons de l’apartheid israélien », fait savoir l’EPPA, dans un communiqué de presse.

« Nous soutenons inconditionnellement toutes les exigences de nos frères et sœurs dans ces cellules de prison sinistres, et nous condamnons avec force la détention illégale des femmes et des enfants, et celle de tous les prisonniers politiques incarcérés dans les prisons israéliennes ».

Des manifestants brandissent des photos de Palestiniens emprisonnés, lors d’un rassemblement à Gaza ville en soutien aux prisonniers en grève de la faim dans les geôles israéliennes. (Reuters)

Par leur grève de la faim massive, commencée le lundi 17, Jour des Prisonniers palestiniens, les prisonniers exigent que leurs conditions dans les prisons israéliennes soient améliorées au niveau de celles des détenus juifs et des détenus palestiniens non politiques, incluant la fin de l’isolement cellulaire et de la détention sans procès, entre autres.

« L’EPPA appelle tous les prisonniers politiques et les détenus à s’unir et à lutter contre ces lois draconiennes de la détention arbitraire sans jugement, pour qu’il soit mis fin à l’isolement cellulaire et pour exiger, sous les auspices des Nations-Unies et du Comité international de la Croix-Rouge, les droits suivants », ajoute le communiqué de presse :

« Le droit à l’éducation, aux livres et à tous les matériels de lecture – le droit à une meilleure aide médicale – le droit aux visites des familles, en particulier aux visites de contact sur une base hebdomadaire – le droit à une alimentation nutritive, et aux lettres des familles – le droit de pratiquer un sport, de la musique et de participer à des activités culturelles – le droit de cuisiner leurs propres aliments, comme nous avons pu le faire à Robben Island ».

Le groupe des anciens prisonniers explique qu’une grève de la faim, massive, coordonnée, est une arme puissante et légitime à utiliser contre les autorités pénitentiaires israéliennes, dans leurs exigences des droits fondamentaux en prison, qui sont ceux de tous les êtres humains.

L’EPPA demande en outre à la Croix-Rouge, et au Fonds international de défense et d’aide, d’intervenir en faveur des prisonniers et de s’assurer que le protocole de la Convention de Genève relatif aux droits des prisonniers de guerre est bien respecté par les autorités pénitentiaires d’Israël – comme cela a été fait par les organisations humanitaires à l’époque où le gouvernement d’apartheid contrôlait l’Afrique du Sud.

« L’association souhaite aussi adresser ses salutations révolutionnaires à l’une des icônes palestiniennes, au combattant de la liberté, au prisonnier politique de conscience, et au chef révolutionnaire, Marwan Barghouti », dit l’EPPA.

« Nous croyons fermement que le camarade Marwan, qui conduit la grève de la faim, la transformera en une victoire décisive pour tous les prisonniers politiques ».

Barghouti purge actuellement plusieurs peines de prisons à vie pour des attaques contre les Israéliens pendant le soulèvement palestinien, ou Intifada, de 2000 à 2005.

Il est membre de l’Autorité palestinienne (AP), affilié à l’organisation du Fatah.

La grève de la faim a le soutien de l’ensemble du spectre politique palestinien.

Les prisonniers politiques et les dirigeants appartenant au Hamas, au Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), au Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), ainsi que leurs membres et sympathisants, sont à cent pour cent derrière les grévistes de la faim.

Plusieurs milliers d’Israéliens et de Palestiniens ont perdu la vie durant le deuxième soulèvement palestinien, avec quatre fois plus de Palestiniens tués par les forces de sécurité israéliennes.

http://www.iol.co.za/news/politics/former-robben-island-prisoners-back-palestinian-hunger-strike-8757996

Traduction : JPP pour BDS France 34

Publicités