Le Comité BDS France 34 avec la diaspora Gabonaise en lutte.

gabon1

Samedi 29 avril 2017 le Comité BDS France 34 a participé à la marche de la diaspora gabonaise à Montpellier avec des représentants de la diaspora de Lyon, Bordeaux, Paris, Toulouse, Marseille et Montpellier :

–    contre le hold-up électoral au Gabon.

  • contre la dictature et l’oppression
  • contre les massacres et les charniers,
  • contre les arrestations arbitraires,
  • contre Ali Bongo,

Certains de nos amis s’interrogent peut-être sur le sens de notre présence, en tant que comité BDS France 34, dans une manifestation de soutien au peuple Gabonais.

Bien sûr la première réponse évidente que nous pouvons faire est que les guerres, les famines, les massacres et d’une manière générale les problèmes que rencontrent les pays d’Afrique sont en premier lieu les conséquences de la colonisation de l’Afrique. Colonisation qui se perpétue sous des formes diverses dont la Françafrique et sa pratique de « soutien » militaire  et de corrupteur généralisé sont les moyens privilégiés pour continuer à contrôler ces pays afin de piller leurs richesses et étendre leur zone d’influence.

Le nombre de migrants qui prennent le risque de mourir et qui meurent par milliers atteste de la vie impossible que le néocolonialisme et ses hommes au pouvoir infligent aux peuples d’Afrique et au Congo en particulier.

L’autre motif de notre présence est que la campagne BDS palestinienne rejette et combat le sionisme en ce qu’il constitue le pilier idéologique raciste, colonial et d’apartheid, qui prive le peuple palestinien de ses droits fondamentaux depuis 1948. Le racisme est une construction du colonialisme destiné à assoir son pouvoir et justifier ses crimes et en Palestine comme au Gabon nous combattons la colonisation.

Mais notre présence ici va au delà d’une solidarité extérieure apportée à un autre peuple luttant contre le néo-colonialisme et ses effets dévastateurs.

Intervention de Saadia, porte parole du Comité BDS France 34:

Dans sa lettre écrite en prison en 1963, connue sous le nom de « Lettre de la geôle de Birmingham » Martin Luter King, accusé par le gouvernement d’être un « agitateur venu de l’extérieur » pour avoir organisé dans la ville de Birmingham (USA) une action non-violente de désobéissance civile en solidarité aux luttes de libération noire, déclare : «  Nous sommes pris dans un réseau de relations mutuelles auquel nous ne pouvons échapper ; notre destinée commune est un vêtement sans couture. Toute injustice, où qu’elle se produise, est une menace pour la justice partout ailleurs.» (souligné par nous)

Quand deux décennies plus tard Nelson Mandela déclare : « Tant que la Palestine ne sera pas libre nous ne serons pas vraiment libres ». Il exprime la même idée.

Aujourd’hui c’est une position identique qui est affirmée par le comité national Palestinien du BDS (BNC) le 7 mai dernier lorsqu’il déclare : « Adhérant à la définition des Nations-Unies pour la discrimination raciale, le mouvement BDS ne tolère aucun acte ni discours qui adopte ou promeut, entre autres, le racisme anti-Noir, le racisme anti-Arabe, l’islamophobie, l’antisémitisme, le sexisme, la xénophobie, ou l’homophobie. »

Et il ajoute :

 « Les principes du mouvement BDS exigent une solidarité proactive avec les communautés opprimées du monde entier, et avec toutes les victimes des actes racistes, car notre cause est une cause commune. »

Omar Barghouti, militant des droits de l’Homme et membre fondateur du BDS Palestinien précisait le 16 mai 2016 : « Il est très important de créer des coalitions intersectionnelles avec des groupes de Noirs, de Latinos, de femmes et tant de groupes opprimés dans le monde ou ceux qui luttent pour toutes formes de justice.

Il nous faut voir le BDS pour les Palestiniens comme partie intégrante de cette communauté  mondiale luttant pour la justice et pour une paix véritable basée sur l’égalité des droits, sur la liberté et la dignité de tous. »(souligné par nous)

Voilà pourquoi BDS France 34 est aux côtés des Gabonais en lutte. Plus que pour les soutenir contre les injustices, plus que d’un point de vue « utilitariste », parce que ça sert la cause palestinienne et accroit son soutien, mais tout simplement parce que notre place est là. Le combat des Palestiniens, le mouvement BDS international et le BDS en France sont partie intégrante de  » la communauté  mondiale qui lutte pour la justice et pour une paix véritable basée sur l’égalité des droits, sur la liberté et la dignité de tous. »

Comité BDS France 34

29 avril 2017

 

 

 

Publicités