Libre de voyager, Barghouti recevra le Prix Gandhi dimanche, à Yale

omar

Philip Weiss – 20 avril 2017 – Mondoweiss

Ceci est spécial : dimanche après-midi, à Yale, Omar Barghouti, dirigeant de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), recevra le Prix Gandhi pour la paix, avec Ralph Nader. À la dernière minute, Barghouti a été autorisé par un juge israélien à se rendre aux États-Unis.

Rebecca Vilkomerson, du groupe Une Voix juive pour la paix (JVP), présentera Barghouti.

La récente conférence de JVP à Chicago comprenait un appel vidéo pour Barghouti, alors emprisonné par Israël pour de prétendues infractions fiscales et confronté à des interrogatoires quotidiens. L’arrestation est intervenue alors qu’au même moment, une nouvelle loi qui interdit de venir en Israël à ceux qui soutiennent le BDS était votée, et qu’un ministre du gouvernement promettait de procéder à l’ « élimination » civile des partisans du BDS.

Après sa libération, Barghouti s’est vu imposer la consigne de se taire et l’interdiction de quitter la Palestine. Israël s’est livré à une « chasse aux sorcières du type Maccarthysme » contre lui, a-t-il déclaré à Electronic Intifada. Mais un juge aurait suspendu l’interdiction de voyager.

Le groupe Promouvoir la paix durable a publié ce communiqué de presse hier :

« Un juge israélien a accepté de suspendre temporairement l’interdiction de voyager d’Omar Barghouti. De ce fait, il pourra venir aux États-Unis ce week-end pour y recevoir, en personne, le Prix Gandhi pour la paix. Le colauréat du prix est Ralph Nader, qui oeuvre pour les droits des consommateurs et pour la paix.

« Stanley Heller, administrateur de Promouvoir la paix durable a déclaré, ‘Nous sommes ravis qu’Omar Barghouti soit en mesure de venir aux États-Unis pour recevoir ce prix fort mérité par sa capacité à diriger la lutte non violente pour que les Palestiniens aient les droits de tout être humain. Cela intervient à un moment où le Congrès des États-Unis adopte des projets de loi visant à refuser aux Américains le droit de boycotter le système d’occupation et d’apartheid d’Israël, comme beaucoup l’ont fait contre l’Afrique du Sud de l’apartheid. Barghouti pourra donc faire un compte rendu de première main sur la vie des Palestiniens sous la domination draconienne du gouvernement israélien et sur la nature exacte du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions qu’il a contribué à fonder’.

« La cérémonie en l’honneur de Barghouti et du colauréat Ralph Nader aura lieu le dimanche 23 avril. Et celle de la remise des prix se tiendra à New Haven, au bâtiment SSS de Yale, 1 Prospect St. à 16 heures. La participation est libre et ouverte au public. Les médias sont invités à y assister et à enregistrer.

« Il n’était pas certain que Barghouti puisse venir aux États-Unis. Il a été menacé par les dirigeants israéliens pendant des années, ce qui a amené Amnesty International à se déclarer inquiet pour sa sécurité. L’année dernière, son document de voyage n’a pas été renouvelé, ce qui revenait de façon efficace à lui interdire de voyager.

« Le Prix Gandhi pour la paix est attribué depuis plus de cinquante ans. Il a d’abord été remis à l’ancienne Première dame Eleanor Roosevelt. Les autres lauréats incluent Dorothy Day, Cesar Chavez, Amy Goodman, les rabbins Arik Ascherman et Ehud Bandel, Bill McKibben, Medea Benjamin, Tom Goldtooth, et Kathy Kelly. Le groupe Promouvoir la paix durable a été fondé initialement en 1952 pour encourager la paix dans le monde, en particulier pour prévenir une guerre mondiale entre les États-Unis et l’Union soviétique, et il a depuis déployé des efforts pour éviter un changement climatique et l’extinction des espèces.

« Concernant les lauréats

« Omar Barghouti défend les droits de l’être humain pour les Palestiniens. Il est cofondateur de la Campagne palestinienne pour le Boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) et du mouvement, dirigé par les Palestiniens, de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Il est titulaire de diplômes universitaires et d’une maîtrise en génie électronique de l’université de Columbia, New York, et d’une maîtrise en philosophie (éthique) de l’université de Tel Aviv. Il est l’auteur de ‘BDS : la lutte mondiale pour les droits des Palestiniens’. Ses commentaires et interviews ont été publiés dans The New York Times, The Washington Post, Financial Times, The Guardian, Politico, et sur Bloomberg TV, MSNBC, CNN, BBC, et bien d’autres. Il a pris la parole à l’université de Yale en 2013.

« Il est un ‘résident permanent’ d’Israël mais sans avoir droit à sa citoyenneté. En mars 2016, il a été menacé d’’assassinat civil ciblé’ par un haut dirigeant au gouvernement israélien ; Amnesty International a condamné ces menaces, exprimant sa préoccupation pour ‘la sécurité et la liberté’ de Barghouti, et soutenant son droit en tant que défenseur des droits de l’homme à mener campagne ‘pour tenir Israël responsable de ses violations des droits de l’homme et d’autres lois internationales’ et à recommander dans ce but ‘l’usage de moyens non violents’. Plus tard cette année-là, son permis permanent de voyager lui a été retiré et seule une action en justice lui permet de voyager de temps à autres.

« Le 19 mars, Barghouti a été arrêté à Acre, Israël, et il a été questionné à propos d’une‘évasion fiscale’ et interrogé pendant des jours. Il a été libéré sous caution, mais le dossier est classé sous la ‘consigne de silence’. Son document de voyage a été saisi. Le groupe Promouvoir la paix durable a envoyé une pétition signée par 800 personnes au Premier ministre Netanyahu demandant expressément que Barghouti soit autorisé à voyager.

« Barghouti sera présenté par Rebecca Vilkomerson, directrice exécutive d’Une Voix juive pour la paix. Los d’une récente réunion à Chicago, les 1000 adhérents JVP présents ont applaudi Barghouti en solidarité.

« Notre autre lauréat est Ralph Nader. Nader est l’un des critiques sociaux les plus efficaces de l’Amérique depuis plus de cinquante ans. Son inspiration et son exemple ont galvanisé toute une population de défenseurs des consommateurs, de militants citoyens, et défenseurs de l’intérêt public, qui ont à leur tour créé leurs propres organisations dans tout le pays.

« En tant que défenseur combatif, il a d’abord fait les gros titres en 1965 avec son livreUnsafe at Any Speed (Ces voitures qui tuent), une dénonciation virulente qui dénonce l’industrie de l’automobile pour sa production de véhicules dangereux. Le livre a conduit à la tenue d’audiences au Congrès et à une série de lois relatives à la sécurité automobile votées en 1966. Depuis 1966, Nader est à l’origine d’au moins huit grandes lois fédérales pour la protection des consommateurs, telles que les lois sur la Sécurité des véhicules motorisés, la loi sur la Salubrité de l’eau potable, le lancement d’organismes fédéraux comme l’Agence pour la sécurité et la santé au travail (OSHA), l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA), et l’Administration pour la sécurité des produits de consommation, le rappel de millions de véhicules motorisés défectueux, l’accès au gouvernement par la loi de 1974 sur la Liberté de l’information, et de bien des vies qui ont été sauvées.         

« Dans le domaine politique, Nader a soulevé non seulement des questions concernant les consommateurs, mais aussi celles de la nécessité de la paix. Il s’est prononcé contre l’invasion israélienne du Liban en 2006. Pendant que la plupart des politiciens accordaient 100 % des soutiens au militarisme israélien, Nader évoquait la nécessité d’agir ensemble avec le mouvement israélien pour la paix. Il a demandé aux États-Unis d’appliquer les traités avec les nations autochtones d’Amérique, solennellement adoptés par le Congrès et depuis ignorés avec un mépris raciste. Dans un article de 2013, critiquant l’utilisation continuelle par le propriétaire de l’équipe professionnelle de football de Washington de l’épithète ‘peaux-rouges’ pour le nom de l’équipe, Nader rappelle ses visites dans les réserves indiennes alors qu’il était étudiant à la faculté de droit de Harvard.

« Sa plus récente initiative est sa conférence, Breaking Through Power (Traverser le pouvoir) à Washington DC où 80 intervenants ont débattu de la façon dont les citoyens pouvaient réduire les inégalités de pouvoir pour créer une société meilleure.

« Nader vit à Winsted, Connecticut.

« Nader sera présenté par Charles Pillsbury. Pillsbury est un médiateur, défenseur et militant communautaire de longue date à New Haven, Connecticut, où il est codirecteur du Centre sur la résolution des conflits à la faculté de droit de l’université Quinnipiac. Il a été aussi le premier directeur exécutif de Médiateurs par-delà des frontières-International. »

 

http://mondoweiss.net/2017/04/travel-barghouti-receive/

Traduction : JPP pour l’AURDIP

Publicités