Montpellier samedi 3 décembre : journée non violence et désobéissance civile. (réunion publique)

visuel3dec

BDS, NON-VIOLENCE ET DÉSOBÉISSANCE CIVILE

INTERVENANTS-TE :

Omar BARGHOUTI : « Associer la lutte pour les droits palestiniens aux luttes mondiales pour la Justice »
Défenseur des droits humains des Palestiniens. Co-fondateur de la campagne pour le boycott culturel et académique d’Israël (PACBI), dirigeant palestinien de la campagne boycott désinvestissement et sanctions (BDS). Titulaire d’un « Bachelor » et d’un master en ingénierie électrique de l’Université de Colombia à New-York et d’un master de philosophie sur l’éthique de l’université de Tel Aviv.
– Il est l’auteur de « BDS: Une lutte mondiale pour la défense des droits des Palestiniens  »
(Haymarket 2011), Boycott Désinvestissement, Sanctions ; BDS contre l’apartheid et l’occupation de la Palestine (La Fabrique 2010)
– Ses commentaires et interviews paraissent entre autre dans le New-York Times, le Washington post, The Financial Times ,The Guardian, Politico, et sur Bloomberg TV, MSNBC , CNN, la BBC.

Jean- Marie MULLER : « Fin et moyens de la stratégie de l’action non- violente »
– Membre fondateur du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN). Philosophe et écrivain,
– Auteur de nombreux ouvrages dont « Le principe de non-violence » (Desclée de Brouwer 1995), « Stratégie de l’action non-violente ».(Seuil 981), L’impératif de désobéissance, fondements philosophiques et stratégiques de la désobéissance civile (Le passager clandestin 2011).
– Sa démarche vise à concilier la sagesse de la non-violence comme requête d’un sens à l’histoire et la stratégie de l’action non-violente comme recherche de l’efficacité dans l’histoire des hommes.

Najet MALLALI : « La désobéissance civile : l’exemple des « Faucheurs volontaires ».
– Faucheuse volontaire, activiste anti-OGM, inculpée, avec 53 autres, dans le procès contre l’INRA pour l’arrachage de l’essai en plein champ de la vigne OGM à Colmar en 2010.
– La complicité des pouvoirs publics avec les dangereuses pratiques des multinationales a conduit les Faucheurs-euses Volontaires, engagés-ées dès 2013 dans une lutte non-violente contre les OGM, à recourir à des actions de désobéissance civile, légitimes mais illégales. La répression policière et judiciaire sont dès lors inévitables.
– Comment se préparer collectivement et individuellement à assumer les conséquences de ces actes, les procès, les condamnations et les lourdes amendes ? Najet témoignera de la riche expérience des Faucheurs-euses volontaires sur ces questions.

CENTRE RABELAIS – (Esplanade) – Entrée libre – 20h

Publicités