BDS : LA SOCIÉTÉ DE SÉCURITÉ G4S ANNONCE SON INTENTION DE QUITTER LE MARCHÉ ISRAÉLIEN

BDS-FINAL-LOGO_v5WEB_URL_side-1

G4S a perdu des contrats de plusieurs millions de dollars dans plus d’une douzaine de pays, suite aux campagnes BDS protestant contre son rôle dans les prisons, colonies et check-points israéliens.

La campagne contre G4S doit rester une « haute priorité BDS » tant que les contrats ne seront pas arrivés à terme.

BDS doit continuer à soutenir les boycotts contre G4S à propos des incarcérations de masse au niveau mondial.

La société de sécurité britannique G4S, numéro un mondial, a répondu à une longue campagne mondiale BDS protestant contre son rôle dans les violations par Israël des droits de l’homme en Palestine en annonçant hier qu’elle allait vendre ses filiales en Israël dans les « 12 ou 24 mois à venir ».

Parlant de cette décision, The Financial Times rapportait que G4S « s’extrayait ainsi de tout un travail très dommageable pour sa réputation ».

Depuis 2010, G4S a perdu des contrats de plusieurs millions de dollars dans de nombreux pays, suite aux pressions des BDS afin que la société mette un terme à sa complicité dans les prisons israéliennes, où l’on torture et emprisonne sans jugement des Palestiniens, ainsi qu’aux check-points, colonies et centres d’entraînement de la police israélienne. Parmi les clients perdus figurent des sociétés privées, des universités, des syndicats et des institutions de l’ONU.

En 2014, la Fondation Bill Gates a désinvesti sa part de 170 millions de USD dans la société, suite aux protestations face à ses bureaux de Seattle, Londres et Johannesburg.

Ces dernières semaines, l’Unicef en Jordanie ainsi qu’une grande chaîne de restaurants en Colombie ont été les dernières institutions de grand format à mettre un terme à leurs contrats avec G4S, suite aux campagnes BDS.

« De même qu’à l’apogée du boycott international de l’apartheid sud-africain la pression des BDS amène certaines des plus grosses sociétés mondiales à comprendre que tirer leur profit de l’apartheid et du colonialisme israéliens n’est pas très bon pour les affaires », a expliqué Mahmoud Nawajaa, un porte-parole du BNC, la plus grande coalition de la société palestinienne, qui dirige le mouvement BDS.

« Les managers de fonds d’investissement admettent de plus en plus que leur responsabilité fiduciaire les oblige à désinvestir des banques et sociétés israéliennes impliquées dans les graves violations israéliennes des droits de l’homme, telles G4S et Hewlett Packard (HP), à cause des risques élevés que cela entraîne. Nous commençons à remarquer un effet de domino », a-t-il ajouté.

Les multinationales françaises Veolia et Orange, ainsi que CHR, la plus grosse société d’Irlande, ont toutes quitté le marché israélien ces derniers mois, principalement suite à la campagne BDS.

En janvier, l’Église méthodiste unie a placé cinq banques israéliennes sur une liste noire en raison de leur complicité dans les violations des droits de l’homme, y compris le financement de colonies israéliennes illégales.

L’avocate palestinienne Sahar Francis, directrice de l’association des droits de l’homme et de soutien aux prisonniers Addameer, y est allée du commentaire suivant :

« Ces dernières informations concernant G4S sont les bienvenues, mais cela n’a pas d’effet immédiat sur les personnes qui sont confrontées à ces graves violations des droits de l’homme dans les prisons israéliennes d’aujourd’hui. »

« À une époque où Israël accélère sa campagne d’incarcération de masse en guise de répression de la société palestinienne, G4S devrait mettre immédiatement un terme à son rôle dans le tristement célèbre système carcéral israélien, de même qu’à son implication dans la sécurité des check-points et des colonies illégales d’Israël. »

De son côté, Mahmoud Nawajaa a déclaré :

« Nous sommes reconnaissants à tous les organisateurs dévoués de la société civile dans le monde et qui travaillent en solidarité avec les Palestiniens en quête de liberté, de justice et d’égalité. Mais G4S a la triste réputation de ne pas respecter ses promesses de mettre un terme à sa participation aux crimes d’Israël. »

« Notre boycott de G4S continuera à faire partie des principales priorités du mouvement BDS tant que nous n’aurons pas vu son dos à l’extérieur de la porte du régime d’occupation, de colonialisme d’implantation et d’apartheid d’Israël. »

« Nous sommes également heureux d’apprendre que G4S vend ses filiales opérant dans les centres de détention pour jeunes aux États-Unis et au Royaume-Uni, deux pays où G4S a été la cible des activistes BDS en raison de ses pratiques abusives et dont les systèmes carcéraux sont parmi les plus racistes au monde. »

« Des États-Unis jusqu’en Palestine, de l’Afrique du Sud au Royaume-Uni, G4S est profondément impliqué dans les affaires de l’emprisonnement de masse. Nous restons fermement décidés à travailler en étroite collaboration avec des partenaires pour réclamer à G4S des comptes à propos de sa participation aux violations des droits de l’homme. »

G4S présente également un long palmarès bien fourni de participation dans les violations des droits de l’homme et des travailleurs un peu partout dans le monde, particulièrement dans les prisons et les centres de détention pour immigrés que la société a gérés aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

Nawajaa d’ajouter :

« Ne parvenant pas à enrayer l’ampleur croissante des BDS dans la poursuite de la liberté et de la justice, Israël tente désespérément de calomnier et de délégitimer notre mouvement non violent, y compris par le biais de lois antidémocratiques, entre autres en Europe et aux États-Unis, qui tendant à réduire au silence la dissension et à réprimer la liberté d’expression. »

« Nous croyons fermement que notre approche éthique et notre juste cause finiront par prévaloir, comme le montre cette toute dernière annonce de G4S. »

En septembre 2015, le géant français Veolia a revendu toutes ses affaires en Israël. Ceci est une résultante directe de 7 années de campagne contre le rôle de la société dans des projets d’infrastructure pour les colonies illégales israéliennes. Le manque à gagner pour la société est de plus de 20 milliards de USD en soumissions et contrats perdus.

Un gros homme d’affaires israélien installé en France a déclaré récemment sur les médias israélien que la force croissante du mouvement BDS signifiait que, désormais, la plupart des sociétés européennes allaient s’abstenir d’investir en Israël.

En 2014, les investissements étrangers directs en Israël ont chuté de 46 % par rapport à 2013, peut-on lire dans un rapport de l’ONU, en partie en raison de la croissance de l’impact BDS, explique l’un des auteurs du rapport.

Les grandes dates de la campagne contre G4S

En 2013, G4S annonçait qu’il cesserait ses activités dans les colonies illégales, check-points et dans une prison d’Israël en 2015, mais qu’il ne se retirerait pas du pays. En 2014, la firme annonçait qu’elle « n’entendait pas renouveler » son contrat avec le Service pénitentiaire israélien (IPS) quand il expirerait en 2017, mais il doit toujours appliquer cette décision.

Mars 2016L’UNICEF en Jordanie met un terme à son contrat avec G4S suite aux pressions de la campagne. L’UNHCR en Jordanie a également mis fin à son contrat avec G4S en décembre 2015.

Avril 2015 – Plus de 20 entreprises d’Afrique du Sud ont mis un terme à leurs contrats avec G4S. Il en a coûté plus de 500 000 USD à la société.

Novembre 2015 – le Parti travailliste britannique a voté la cessation du contrat de sécurité de sa conférence avec G4S.

Avril 2015 – Plus de 20 entreprises sud-africaines mettent un terme à leur contrat avec G4S. Il en coûte plus de 500,000 USD à la société.

Novembre 2014 – La municipalité du comté de Durham (Caroline du Nord) met un terme à son contrat avec G4S, suite à une campagne de la section locale des militants de Jewish Voice for Peace.

Mai 2014 – La Fondation Bill Gates vend la totalité de ses 170 millions de ISD d’actions dans G4S suite à une campagne internationale, y compris une pétition lancée par 100 organisation du monde entier et suite à des manifestations devant les bureaux de Johannesburg, Londres et Seattle de la Fondation Gates. L’Église méthodiste américaine désinvestit toutes les parts de G4S dans son fonds d’investissement, qui s’élève à 20 milliards de USD.

Janvier 2014 – Après avoir protesté contre le rôle de G4S dans les violations des droits de l’homme en Palestine, le syndicat des étudiants de l’Université de Kent, dans le sud de l’Angleterre, a voté la cessation de son contrat la firme. Plus tard, d’autres syndicats estudiantins du Royaume-Uni ont voté des démarches du même genre. L’université du King’s College de Londres et celle de Southampton ont décidé un peu plus tard de ne pas renouveler leurs contrats avec G4S suite aux pressions des étudiants.

Décembre 2012 – Suite à une campagne estudiantine particulièrement animée, l’Université d’Oslo a annoncé qu’elle allait mettre un terme à son contrat avec G4S, ajoutant qu’elle ne voulait pas « soutenir des entreprises qui opèrent dans des zones à l’éthique douteuse ». Les universités de Bergen, en Norvège, et de Helsinki, en Finlande, ont annoncé plus tard des démarches similaires.

Avril 2012 – À la veille d’une grève de la faim historique de plus de 2 000 prisonniers politiques palestiniens, 13 organisations en faveur des prisonniers palestiniens et des droits de l’homme ont appelé à une campagne en vue de réclamer des comptes à G4S pour le rôle que la firme joue dans le système carcéral israélien, où la torture est une pratique généralisée.

La chronologie complète est disponible sur BDS Movement


Publié le 10 mars 2016 sur BDS Movement
Traduction : Jean-Marie Flémal – http://www.pourlapalestine.be/bds-la-societe-de-securite-g4s-annonce-son-intention-de-quitter-le-marche-israelien/

Publicités

Une réflexion au sujet de « BDS : LA SOCIÉTÉ DE SÉCURITÉ G4S ANNONCE SON INTENTION DE QUITTER LE MARCHÉ ISRAÉLIEN »

  1. Ping : La société de sécurité G4S annonce son intention de quitter le marché israélien | Association France Palestine Solidarité Vendée

Les commentaires sont fermés.