LES ATROCITÉS À GAZA ONT CONDUIT LA CAPITALE DE L’ISLANDE A APPUYER LE BOYCOTT D’ISRAËL

Reykjavik
Ali Abunimah – Militantisme et rythme de BDS – 17 septembre 2015

La Ville de Reykjavik a décidé de boycotter les produits israéliens.

La municipalité de la capitale islandaise a pris mardi la décision, par 9 voix contre 5, de bannir les produits israéliens de ses achats officiels tant que l’occupation du territoire palestinien par Israël continuerait.

Cette décision a été bien accueillie par les militants pour les droits des Palestiniens et a mis Israël en colère.

« Le mouvement boycott, désinvestissement, sanctions dans le monde entier se renforce parce que nous savons comment le boycott de produits a influencé d’autres États comme l’Afrique du Sud » a dit Björk Vilhelmsdottir à l’Intifada électronique, par téléphone, depuis Reykjavik.

Vilhelmsdottir, qui est membre de l’Alliance Social Démocrate, a présenté cette motion comme la dernière de ses actions avant de quitter le conseil municipal où elle a longtemps siégé.

Elle a dit que l’assaut de 51 jours qui a tué plus de 2 200 Palestiniens à Gaza en 2014 avait été « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » et qui a suscité énormément de discussions sur la façon d’agir.

«Finalement, j’ai décidé de faire simplement une proposition de façon que l’intention politique soit claire, puisque la majorité à Reykjavik est pour la défense des droits humains » a dit Vilhelmsdottir.

Un mémorandum explicatif précise que le boycott est destiné à montrer que la Ville de Reykjavik soutient le droit des Palestiniens à l’indépendance et condamne « la politique d’apartheid israélienne » dans les territoires palestiniens occupés, d’après le Island Magazine.

« La population islandaise s’est montrée très pro-Palestine et sa connaissance de la situation s’est grandement accrue » a dit Youssef Tamimi, infirmier et militant de Reykjavik, à l’Intifada électronique.

Il a dit que durant l’attaque de Gaza, plus de 3 000 personnes avaient participé à une manifestation des solidarité avec les Palestiniens à Reykjavik –soit environ un pour cent  de la population du pays.

« C’est fantastique et cela va nous aider à faire pression sur le gouvernement israélien » a ajouté Tamimi, à l’annonce du vote du boycott. « La prochaine étape sera de nous adresser à d’autres villes d’Islande pour les amener à commencer à boycotter Israël elles aussi.

Un salut chaleureux

Dans un mail, Omar Barghouti, militant palestinien pour la défense des droits humains et co fondateur du mouvement  BDS – boycott, désinvestissement et sanctions – a prédit « qu’Israël, avec les outils puissants dont il dispose à Washington et à Bruxelles, va sûrement déployer tout son arsenal d’intimidation pour essayer de détruire ce précédent, cette victoire historique pour le mouvement de boycott contre son régime d’occupation, de colonialisme et d’apartheid ».

Mais, rien, a-t-il dit, « ne pourrait annuler la victoire morale et le volcan islandais de boycott briseur de tabou dont l’éruption vient juste de se produire ».

Barghouti a envoyé « un salut chaleureux à tous les participants d’Islande à la solidarité avec la Palestine et au mouvement BDS, qui ont contribué à écrire cette page de l’histoire de la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l’égalité ».

Un volcan de haine

Le ministre israélien des affaires étrangères a aussi fait allusion à la géologie célèbre de l’île de l’Atlantique nord, pour condamner la décision de la capitale islandaise.

Le porte-parole Emmanuel Nahshon a déclaré au Jerusalem Post, qu’un « volcan de haine était entré en éruption dans la mairie de Reykjavik ».

Sans « raison ni justification, si ce n’est de pure haine, des appels à boycotter l’État d’Israël ont été proférés » a prétendu Nahshon. « Nous espérons que quelqu’un va s’éveiller en Islande et mettre un terme à cet aveuglement et à cet unilatéralisme manifesté envers Israël, la seule démocratie du Moyen Orient ».

Vilhelmsdottir a rejeté l’accusation selon laquelle sa décision aurait été due à des préjugés.

« Des gens ont dit que j’étais antisémite », a-t-elle dit à l’Intifada électronique. « Je ne comprends pas ça, étant donné que je ne ressens que de l’amitié et de la paix pour les Juifs et tous les autres. Mais nous chérissons aussi les droits humains des Palestiniens que l’occupation israélienne leur ôte ».

« Israël aime être dans le rôle de la victime » a ajouté Vilhelmsdottir, « mais ce n’est pas vrai ».

Si le vote de Reykjavik est peu susceptible d’avoir un impact économique majeur sur Israël, il a un poids symbolique.

Des décisions du même type de la part de municipalités du monde pour le boycott de produits d’Afrique du Sud ont aidé à populariser et à légitimer la lutte contre l’apartheid dans les années 1970 et 1980.

La décision de Reykjavik est un autre indice de la façon dont le soutien aux droits des Palestiniens est entré dans les moeurs.

Traduction SF pour BDS France

https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/outrage-over-gaza-drove-icelands-capital-back-israel-boycott?utm_source=EI+readers&utm_campaign=1ff72a166d-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-1ff72a166d-299171081

Publicités