Plainte de la LDH contre deux porte-parole du Comité BDS France 34 : UNE DÉCISION INJUSTIFIÉE, IRRESPONSABLE ET PRÉJUDICIABLE AU BDS ET A L’ENSEMBLE DU MOUVEMENT DE SOLIDARITÉ À LA PALESTINE

COMMUNIQUÉ

Comité BDS France 34 – 25 juin 2015

affichPLAINTELDH

UNE PLAINTE INJUSTIFIÉE

Quelle que soit la gravité des erreurs – involontaires – commises par les deux porte-parole du comité BDS France 34, rien ne saurait justifier la décision de la LDH de porter plainte pour : « Contestation de crimes contre l’humanité, provocation publique à la commission de crimes ou délits, à la discrimination ou à la haine raciale – apologie de crime sur FaceBook » à l’encontre de Saadia et Husein, porte-parole du Comité BDS France 34 qui sont innocents de ces accusations portées contre eux.

UN ACHARNEMENT INCOMPRÉHENSIBLE

– Malgré la condamnation du texte caché qui accompagnait la photo partagée par sa suppression de leur mur sur FaceBook, à la minute où Saadia et Husein l’ont découvert,

– Malgré les nombreuses explications immédiatement fournies sur la méprise et le caractère involontaire du partage du texte,

– Malgré les témoignages spontanés immédiats de quatre personnalités représentatives du mouvement du BDS sur la moralité politiques de Saadia et Husein et de nombreux autres militants les connaissant bien,

– Malgré les appels au retrait de la plainte de plusieurs organisations et associations,

– Malgré la reconnaissance par la présidente de la LDH34, Sophie Mazas et du président d’honneur de la LDJH, Michel Tubiana, du fait que Saadia et Husein ne sont pas antisémites,

La LDH s’est obstinée, a déposé et maintenu sa plainte envers et contre tout.

UNE DÉCISION IRRESPONSABLE !

– Qui accuse (injustement) nominativement deux personnes des pires crimes qu’on puisse reprocher à des militants solidaires du Peuple Palestinien et ce, au mépris des conséquences dramatiques aux plans individuel, politique, social et professionnel que de telles accusations peuvent générer dans la vie de ces deux personnes.

– Qui, à travers l’attaque contre ses deux porte-paroles tente de salir l’ensemble du comité BDS France 34, composé à majorité de jeunes femmes et jeunes hommes des quartiers populaires dont l’activité, depuis la création du Comité en avril 2009 est pourtant exemplaire.

– Qui a permis à la LICRA de s’emparer de motifs qu’elle n’avait jamais osé inventer, tant la réputation du comité BDS France 34 est irréprochable, pour lancer sur Montpellier, une offensive sans précédent, afin interdire les manifestations publiques du Comité BDS France 34 et son stand place de la Comédie certains samedi.

– Qui a permis au Maire de Montpellier de prendre une décision, contre la « coutume » qui faisait que depuis plus de 10 ans, et depuis 6 ans pour le comité BDS France 34, un stand d’information sur la Palestine était tenu de temps en temps place de la Comédie.

– Qui, quel que soit le résultat du procès aura engendré au sein du mouvement de solidarité à la Palestine et bien au delà dans le mouvement associatif et politique des tensions, des conflits et des blessures qui nous affaiblissent au pire moment.

Au moment où Israël par la voix de Netanyahu déclare que le BDS est une menace stratégique qu’il faut combattre par tous les moyens, au moment où les officines pro-israéliennes (CRIF, LICRA, BNVCA et Cie.) et les cyber-terroristes israéliens tel « Ulcan » s’attaquent aux associations, aux militants et aux personnalités qui soutiennent le BDS.

Nous appelons la LDH à retirer les accusations portées contre nos deux camarades afin de les réhabiliter et d’unir nos forces contre les vrais antisémites et les sionistes qui violent le droit international et les droits humains..

Publicités