LETTRE OUVERTE : Maison de la Paix – Amis de l’Arche de Montpellier à Madame Sophie MAZAS, Présidente de la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME 34

Maison de la Paix – Amis de l’Arche de Montpellier

chez J.C. Vigour
153, impasse du Muscadet 34090 Montpellier

Madame,

Montpellier, le 23 juin 2015

Madame Sophie MAZAS, Présidente
de la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME 34 27 boulevard Louis Blanc
34000 Montpellier

Les membres de la Maison de la Paix – Amis de l’Arche de Montpellier, réunis le 22 juin 2015, ne peuvent rester indifférents aux accusations de la LDH 34 à l’encontre de leurs amis de lutte pour la justice, la paix et la préservation des droits humains, notamment des Palestiniens.

Aussi nous regrettons vivement que la Ligue des Droits de l’Homme montpelliéraine porte des accusations sans rapport avec les faits et refuse de prendre en compte les explications fournies par les deux militants du Comité BDS34.

Comme vous le savez, les militants de BDS ont fait preuve d’un manque d’attention en partageant sur internet photos et textes tout-à-fait condamnables et ont été l’objet d’une méprise odieuse… Bien évidemment, ils ont retiré la photo et le texte compromettants, dont ils ne pouvaient approuver le message.

Maintenir une plainte pour avoir négligé de faire un démenti des faits nous semble excessif. Certes, il y a eu omission et erreur, mais cela ne justifie pas une poursuite judiciaire pour « contestation de crimes contre l’humanité ».

Le communiqué de BDS du 19 mars, renouvelé le 20 juin 2015, déclare :

  •   Nous n’avions pas vu le texte caché derrière une image que nous avons partagée sur Facebook,
  •   Nous sommes totalement en désaccord avec les propos ignobles tenus dans ce texte,
  •   Dès que nous avons été informés de notre méprise, nous avons immédiatementsupprimé le texte, la photo et l’expéditeur du post en question,
  •   Nous combattons avec toute notre énergie l’antisémitisme mais aussi l’amalgame qui assimile antisionisme et antisémitisme.

La Ligue des Droits de l’Homme, comme le comité BDS 34, vont sortir tous deux perdants de ce procès, c’est pourquoi nous demandons à la LDH 34 d’avoir la sagesse de retirer les accusations portées contre les deux militants.

Nous sommes convaincus qu’un changement d’attitude de la LDH 34 lui apportera davantage de reconnaissance et permettra à la LDH ainsi qu’au comité BDS de sortir « gagnants-gagnants » de cette impasse regrettable pour tous.

Veuillez croire, Madame, à l’expression de nos sentiments distingués.

Jean-Claude Vigour

Secrétaire de la Maison de la Paix – Amis de l’Arche de Montpellier

(association membre de la Maison des Tiers-Mondes et de la Solidarité internationale de Montpellier)

Publicités